Comment faire plaisir à Allison

Hier Allison, qui se trouvait encore tout fraiche et pimpante avec son bronzage de vacances, croise un collègue à la cantoch de l’entreprise. Elle vous résume le dialogue qu’elle a beaucoup apprécié :

–          Connard : Salut Allison, ça va ?

–          Allison : Ca va, un peu dur le retour de vacances mais on s’y fait.

–          Connard : Dis donc, toi, vu ta tête, on dirait toujours que tu portes les soucis du monde entier sur tes épaules.

–          Allison : (Silence) Toi aussi t’as bonne mine. Salut.

Allison a pris son plateau de nourriture industrielle et a fait demi-tour, hors d’elle. Mais pour qui il se prend ? Et il a vu sa tête à lui? Et on ne se connaît vraiment pas assez bien pour qu’il puisse se permettre de dire ça. Mais au fond d’elle, Allison sait qu’il n’a pas tort. Depuis le début des galères, son visage est marqué, elle pleure plus qu’avant et n’a plus goût à grande chose. Ever, avec son optimiste débordant, l’énerve au plus haut point. Elle a peur, elle est inquiète, elle a mal (merci l’endométriose). Bref.

Elle sait que le meilleur moyen d’aller mieux est de faire des choses qui lui font plaisir. Et en y réfléchissant vraiment, Allison se rend compte que tout ça date déjà de bien avant des galères de conception. Il y a quelques années, elle était dans une entreprise où elle se sentait vraiment mal, elle en faisait des cauchemars la nuit et avait mal au ventre le matin avant d’y aller. En même temps (ou à cause de ça ?), elle a commencé à avoir des symptômes de ce qu’elle pense être le syndrome OPK (seins tendus pendant tout le cycle, cycles longs et irréguliers, prise de poids…) et ça l’a tellement déprimée qu’elle a quasiment arrêté le sport et de prendre soin d’elle.

Hier soir je suis tombée sur un post génial de Madame Pimpin sur le corps, post qui m’a beaucoup touché. D’une part le sentiment que mon corps m’a trahi, qu’il m’échappe, que ne contrôle plus, donc à quoi bon d’en prendre soin. D’autre part les déceptions du J1, le stress des analyses et la tristesse de voir les autres tomber enceinte que j’ai plus eu tendance à soigner avec du chocolat que des séances de sport. Vous l’aurez compris, c’est la rentrée et une nouvelle Allison, qui la prochaine fois qu’elle croisera le Connard à la cantoche va le bluffer, tellement elle sera radieuse 😉

12 réflexions sur “Comment faire plaisir à Allison

  1. Tu as raison : on doit prendre soin de nous, ne pas laisser notre corps prendre le dessus .. il nous fait déjà bien des misères, on va lui montrer que l’on peut résister … Alors objectif pour la rentrée : rayonner, étinceler, vivre !

  2. Ça m’énerve aussi quand on me sors un truc comme ça! Genre « oula t’as une sale tête, t’es malade? » Euh non pas du tout, mais merci d’avoir fait remarquer que j’avais une sale gueule…

    • C’est clair. Parfois j’imagine la réaction des gens si on leur balançait tout ce qu’on vivait genre « oui effectivement j’ai l’air un peu soucieuse car j’enchaîne les prise de températures, de sang, de médicaments, les examens divers et variés et rapports programmés depuis 1/2/3 ans et toujours pas de bébé. Et toi ça va? »

  3. Sont débiles les gens sérieux. ça me gonflait quand on me disait ça. Nan mais qui va saluer un collègue « salut, oh ben dis donc, t’as une sale tronche »…

  4. Merci, tu m’as donné envie de reprendre soin de moi : 17 kilos de perdu après beaucoup d’efforts pendant 2 ans, pratiquement tous repris depuis le début de l’année. Le moral en prend un coup !
    Vive la nouvelle Allison !

    • Oui Marinette, faut prendre soin de toi, tu le vaux bien 😉
      Non mais sans blague, déjà que c’est dur pour nous, je me dis que plutôt que en rajouter, autant essayer d’être plus douce avec soi-même. Je pense me réserver un petit massage aujourd’hui 🙂
      Passe un super week-end, bisous!

  5. L’aventure de la PMA, c’est comme un fleuve à débit ultra rapide dans lequel notre embarquement se fait chahuter. Il nous faut toute notre force et la meilleure des barques pour dompter le fleuve. Les mots du collègue ont été bien peu délicats mais j’espère que cette prise de conscience que tu ne dois pas laisser le fleuve diriger t’aidera à être mieux par la suite.
    Fais toi plaisir au quotidien, fête tes J1 comme le font nombreuses copinautes à coup d’achats plaisir, vis chaque moment hors de la PMA comme de grandes bouffées d’air pur.

    • Je suis qu’en début de parcours et je me rends déjà compte à quel point c’est effectivement important de se garder des moments pour faire et penser à autre chose (…enfin, essayer très fort en tout cas). Pas facile de jongler avec tout ça au quotidien mais comme tu le dis, il faut essayer de maitriser la fleuve. Et un petit cadeau par mois en guise de barque c’est pas mal comme idée pour garder la tête hors l’eau 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s