Merveille

D’une manière générale, je suis en admiration devant les PMEttes. Je trouve que nous sommes d’un courage exceptionnel, des vraies battantes et des f-king warriors 🙂

Une des celles qui m’impressionnent le plus est mon amie Merveille. Je la connais depuis nos 7 ans, on a une photo de classe de cette première année ou nous sommes l’une à coté de l’autre avec nos sweats jaune et rose, nos franges trop longues et nos joues roses.

Depuis on est inséparables. On a traversé ensemble la fin de l’enfance, l’adolescence, les premiers amours, les premiers chagrins d’amours… Quand j’ai quitté mon pays d’origine pour m’installer en France, on a jamais perdu contact et chaque fois que l’on se voit c’est réellement comme si on s’était jamais quittées.

Aujourd’hui, c’est une nouvelle épreuve qui nous unit, celle de la PMA.

Je sais plus au moins depuis un an que Merveille et son Mr. Merveilleux essaient d’avoir un bébé. Depuis son arrêt de pilule, Merveille n’avait pas ses règles et après plusieurs examens, les médecins ont réussi à mettre le doigt sur un problème de thyroïde. Merveille a eu un traitement pour la vie et tout devait être réglé.

 

Cet été, pendant mes vacances, je reçois un sms de la part de Merveille pour me dire qu’elle a fait un test +. Je suis jalouse, bien sûr mais je l’aime comme une sœur, comme quelqu’un qui a toujours été là pour moi et je lui souhaite que le meilleur. Je suis heureuse pour elle. J’ai rarement rencontré une personne aussi optimiste, aussi pleine de vie et d’énergie, aussi présente aux bons et aux mauvais moments. Mais vite après, elle m’annonce une fausse couche précoce.

Je l’encourage, c’est déjà super qu’elle soit tombée enceinte, ça marchera très vite!

 

Il y a deux mois, nouveau sms:  » Je voulais te prévenir tout de suite, je suis de nouveau enceinte ». Je la remercie de son honnêteté, de sa franchise, elle sait ce que ça me fait, elle connaît cette mélange de jalousie et de bonheur pour un être cher. Toutefois l’idée de la voir enceinte me fait peur et je dis à Ever que je ne suis pas sûre de vouloir retourner à mon pays natal pour les fêtes. On réfléchit à un plan B, on décidera quand on aura les résultats pour la prise de sang lundi (c’est fou les proportions que tout cela peut prendre…).

 

Hier soir, sms de Merveille: « Echo à huit semaines, je sentais que quelque chose n’allait pas. Grossesse non-évolutive, je suis à l’hôpital pour un curetage ». J’ai les larmes aux yeux. Elle qui est toujours si positive a envie de tout laisser tomber, c’est trop dur.

Ce matin je l’ai au téléphone, elle est chez elle avec les médicaments pour en finir. Elle a peur des douleurs, elle se sent déjà si vide. Elle ne sait pas quand ils pourront essayer de nouveau et elle dit avoir besoin de faire une pause. Tout tourne autour de ça, plus de place ni d’énergie pour autre chose. Si seulement je trouvais les bons mots, si seulement j’étais là pour la serrer dans mes bras et pour lui dire que tout va s’arranger. Qu’un jour ça viendra, pour toutes les deux.

Si seulement j’en étais convaincue moi-même…

13 réflexions sur “Merveille

  1. Larmes aux yeux bis…
    A-t-on le choix pour l’évacuation? Seulement, ces cachets à prendre, cela me semble si cruel. Un curetage, c’est hospitalier. Là tu attends chez toi d’expulser ton embryon… L’horreur. Soutenez vous encore, vous avez de la chance de vous avoir

  2. C’est très triste pour ton amie. Mais l’une comme l’autre avez la chance d’avoir une amie qui comprend mieux que quiconque. C’est normal de ne pas toujours trouver les mots, mais être là pour elle c’est le principal.
    Bises.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s